logo La Prairie Parfumée

Ils parlent de la Prairie Parfumée :

  • "Un spectacle coquin, légèrement épicé qui se goûte avec un nuage d’aphrodisie".

    Le Monde.fr

  • "...Délicieux, charme et enchante. Le public est conquis".

    La Revue du Spectacle

  • "Le résultat est d’une légèreté inouïe. Un délice".

    Toute la Culture

  • "De quoi passer une soirée originale, à l’écart des sentiers battus, amusante, intelligente, et parfaitement jubilatoire".

    Reg’Arts

  • "Que faire avec un manuel de conseils érotiques écrits vers 1420 par un érudit né en Tunisie, pour son souverain, le vizir de Tunis ? Courez à l’Essaïon pour voir le petit bijou théâtral qui en résulte !"

    La lettre du SNES

  • "On ne peut s’empêcher de succomber, charmés. On rit, beaucoup, de la science, des hommes et des femmes et on prend un vrai plaisir. Bravo !!"

    etat-critique.com

  • "Un vrai inventaire avec ses conseils et solutions. Le metteur en scène Didier Carrier, les acteurs Bénédicte Bosc et Stefan Godin se sont lancés dans l'exercice avec une suave délectation. Le résultat, sous forme de conférence, est piquant, croustillant et drôle, sans une once de vulgarité. Le propos est étonnant de naïveté mais jamais réducteur car ce qui émerge est la recherche du plaisir commun. Bénédicte Bosc, en timide candide qui se mue en maîtresse du jeu nous livre là une sacrée performance, subtile et loufoque. Stefan Godin, sait, lui, se départir avec dérision de sa peau de "mâle dominant"…"C'est à tomber en pâmoison"

    Chantal Malaure, La Provence, Avignon, 14/07/2014

  • Interview dans l'émission Maghreb Orient Express sur TV5 Monde,
  • "Texte érotique, coquin, titillant, cru parfois. C’est très drôle, léger et vif. Ce duo dans la Prairie réussit à nous transporter dans le salon d’un palais oriental où l’on se délecte de ce que l’on voit et de ce que l’on entend"

    Marianik Lethiec, TV5 Monde

  • "Leur jeu est drolatique et audacieux, l’érotisme est très tangible... la ruse féminine y est magnifiée avec une liberté de ton que l’on attend pas forcément de la part d’un auteur arabe, tant nous pensons qu’ils sont censurés de toute part".

    Anne Bert Impermanence

  • "Texte d'une étonnante modernité, servi par deux acteurs formidable. C'est jubilatoire."

    Catherine Barra. Productrice.

  • "Un arabe nous parle du fond du XVème siècle pour nous rappeler à la liberté, à la légèreté. Et tout un tas d'autres épices sans quoi la cuisine de l'amour serait bien fade. Délicieux".

    Jean Chavot. Auteur-compositeur.